Adib Daiykh
1938 - 2001

Né à Alep en 1938, appartient à une lignée de chantres (munshid) réputés. Le surnom d'al-Daiykh qui signifie " l'enivré ", fut décerné à un de ses ancêtres en allusion à la fulgurance des états mystiques qui le traversaient. Très prisé du Moyen-Orient au Maghreb, cet alépin pur souche, s'est très peu rendu à l'étranger, mais des cassettes à un sou, fébrilement copiées et transmises comme un trésor, circulaient depuis longtemps, symbolisant un style imité depuis par de nombreux chanteurs du monde arabe.

Pour les mélomanes les plus passionnés du monde arabe Adib Dayikh fait figure de monument musical absolu : à la fois phénomène vocal et puit de science pour sa connaissance des maqâmat, son art de l'improvisation modale d'un maqâm à un autre et sa maîtrise d'un immense répertoire savant. Il est peut-être le seul chanteur contemporain dont la voix si flexible et haut perchée rappelle avec une certaine nostalgie les chanteurs arabes du début du siècle. La tessiture aigüe et juvénile de sa voix s'appelle " al-farkha " (le pépiement de l'oisillon) et s'applique aux hommes comme aux femmes. Capable de passer sans peine du grave au très aigu, l'ambitus de sa voix recouvre trois octaves.

Ecoutez