Mohamed GOMAR

Irakien, né en 1959 à Diala (Irak), il est diplômé de musicologie de l'université de Bagdad, mais réside depuis quelques années à Utrecht (Pays-Bas). Considéré comme le successeur des grands interprètes d'autrefois il révèle sa maîtrise de la jôza, instrument difficile par excellence. Posée sur la cuisse droite de l'instrumentiste, c'est une vièle à pic à quatre cordes frottées par un archet. Elle se compose d'une demi caisse en noix de coco évidée, d'où son nom dialectal jôza (noix). Elle fournit un son acidulé et nasillard inimitable dans le maqâm et permet au chanteur de toujours retrouver sa voix dans le mode.

Ecoutez