Sabri MOUDALLAL
1918 -2006

Alépin né en 1918, très estimé des amateurs de sa ville, mais peu connu à l'extérieur, il a pratiquement vécu à l'écart du vedettariat. Son talent ne s'est révélé que tardivement, à partir des années 75 à l'occasion d'une série de concerts donnés à Paris, avec sa formation d'alors : un quatuor vocal rendu célèbre sous l'appellation "Muezzins d'Alep". Depuis, constamment sollicité à l'étranger, il a été nommé premier muezzin de sa ville et s'est fait décorer au Caire en 1996, par le Ministre de la Culture égytienne, Farouk Hosni. Dans le passé, son désintéressement pour sa promotion l'a handicapé à un degré tel, que son nom n'est même pas cité dans les deux ouvrages clés de la musique syrienne contemporaine, ceux de Adnân Bin Dhurayl (Damas 1988), et de Samîm al-Sharîf (Damas, 1991). Sabri Moudallal fut l'une des plus grande voix syrienne et un créateur prodigieux. Il a poussé l'art de la fioriture à son extrême degré et a même développé une technique vocale qui lui a permis de respirer tout en chantant. Bien que demeuré fidèle au chant religieux, il a pratiqué avec la même aisance le style profane. Malgré son âge avancé il poursuivit sa carrière pendant de nombreuses années. Grand spécialiste de la wasla qu'il maîtrisait dans tous ses détails, il a été l'élève de cUmar al-Batsh et comme lui, s'est également penché sur la composition dans le style traditionnel. On lui doit de très belles mélodies dont "Ahmad yâ habîbî" et "Ilâhî" enregistré sur le CD Salon de Musique d'Alep". Sabri Moudalal s'est éteint en août 2006.

Ecoutez